La fécondité du désert

Publié le 27 septembre 2019

Durant les deux mois passés à Montmorin, nous avons chacun eu la possibilité de vivre au moins une semaine de solitude radicale en ermitage. Nous étions répartis aux quatre coins de la colline, dans de modestes cahutes isolées de tout. Nous nous retrouvions seulement pour faire Église autour de l’Eucharistie. Tels de petits ruisseaux nous descendions de la montagne vers l’océan. Pendant un instant nous ne faisions qu’un dans la chapelle Notre Dame de la Paix. Puis nous remontions le courant jusque dans nos maisonnettes où la source nous attendait pour prolonger notre unité silencieusement. De fait, dans chaque ermitage il y a la présence réelle de Jésus dans un petit tabernacle.

Chapelle Notre Dame de la Paix

Par les rafales d’un vent brûlant s’envole la poussière sous mes pas. Le soleil impitoyable ne laisse aucune chance à la vie, la moindre trace d’humidité s’évapore instantanément. “Mon palet est sec comme un tesson”, mes genoux chancellent, ma vue se trouble… Il n’y a rien ! “Jusques à quand Seigneur m’oublieras-tu ? Jusques à quand mettrai-je en mon âme la révolte ?” Dans ma supplication je continue cette marche éprouvante avec persévérance… Mon âme a soif de Toi ! À cet instant me parvint, du sommet d’une dune un éclat de lumière comme un reflet vacillant. Je m’arrête et fixe cette infime point lumineux : ” Qui vient donc m’importuner “- rupture du flux de ma lamentation ! » En regardant plus attentivement je peux distinguer de belles nuances dans cette nouvelle lumière. Je veux en avoir le cœur net : poussé par une force surnaturelle, je quitte mon itinéraire sans but et gravis le monstre de sable. Arrivé sur les hauteurs, je vois clair, c’est bien de l’eau qui jaillit. Une source si pure et si christ-alline que j’ose à peine m’y abreuver. J’y trempe tout de même les lèvres avec confiance et en suis éternellement rassasié.

Ainsi en était-il dans le désert de mon âme durant ce temps de solitude. Je savais que Dieu était là comme une source cachée et cela me suffisait. Acceptation de mon néant pour être introduit gratuitement, par pur amour dans l’Être Éternel. C’est cela la fécondité du désert.

Frère Pacifique

→ Revenir à la newsletter du noviciat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis id massa suscipit Donec risus in id id, ultricies felis et,