Philo vs. théologie sur le terrain

Publié le 11 octobre 2019

« Voyez ! Qu’il est bon, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble » (Ps 132, 1.)

Habiter en frères tous ensemble à la suite du Christ pour témoigner de son amour ! Telle est notre vie impliquant des temps gratuits de rencontre fraternelle pour mieux savourer cette douceur et cette bonté de la vie communautaire en amis de Jésus. C’est dans ce cadre qu’est organisé chaque année une rencontre fraternelle entre les frères de Rimont (la maison de théologie et la maison-mère) et ceux de Saint-Jodard autour d’un match de football. Cette année, c’est nous qui avons eu l’opportunité d’accueillir à Saint Jodard nos aînés du prieuré de Rimont pour vivre ce temps fort en famille.

La prière avant tout. En début d’après-midi, nous nous sommes rendus, avec beaucoup de détermination mais dans un climat fraternel, sur le terrain. C’est après avoir confié ce temps au Seigneur que le coup d’envoi fut donné pour un match de 70 minutes, avec 10 minutes de pause après la première mi-temps. A part quelques frères qui étaient sur les bancs de touche, il n’y avait pas d’autres spectateurs.

La charité gagne. Telle est notre première règle de jeu, qui sous-entend que seul compte l’amour fraternel, le temps passé ensemble, la joie partagée et non en premier lieu la victoire ou la performance réalisée. Mais cela ne me sert pas d’excuse pour camoufler le score, qui était de 3 buts à 2 en faveur des frères de Rimont. Félicitations à eux et particulièrement à l’équipe qui les a représentés!

Le match terminé, nous nous sommes réunis autour d’un goûter, suivi des vêpres, de l’adoration, du dîner et des services en cuisine. Là aussi, la joie du partage fut d’une qualité exceptionnelle. Ce temps fut donc pour nous un moment d’action de grâces pour la belle vocation que le Seigneur nous a donnée en nous permettant de vivre cette parole de son Fils : « ce qui montrera aux hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jean 13, 35).

Je ne saurais terminer sans rapporter ici cette intuition d’un petit enfant lors d’une session des familles cet été à Corbara (en Corse) qui, à la question posée à sa famille : « si vous rencontriez le pape aujourd’hui en audience privée, quel conseil lui donneriez-vous ? », répondait : « je lui demanderais de créer une équipe de football pour représenter le Vatican et l’Église… ». Cela montre la place qu’occupe aujourd’hui ce sport mondial, même dans l’esprit des tout-petits). Il est bon, aujourd’hui, comme chrétiens, de nous servir de ce moyen pour transmettre la vie, la lumière et l’amour du ressuscité.

Frère Blaise-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *