Stagiaire au monastère

Publié le 17 janvier 2020

Dans le cadre de notre formation, nous avons l’opportunité de faire un séjour dans une abbaye afin de découvrir de plus près la vie contemplative des moines. Ce précieux moment, que j’attendais impatiemment, arriva enfin. Le 27 octobre, alors que les frères étaient en plein Chapitre Général, comme Moïse, je gravis la colline de l’abbaye de Cîteaux en vue de partager le quotidien de ses habitants pendant deux semaines et aussi, avec eux, élever les mains vers Dieu en faveur de mes frères capitulants. Située en bourgogne, à une vingtaine de kilomètre au sud de Dijon, Cîteaux est un haut lieu de spiritualité vivante. Cette abbaye a donné naissance à d’illustres saints tels Robert de Molesme (abbé fondateur de Cîteaux), Albéric, Bernard de Clairvaux et bien d’autres encore. J’ai été accueilli très fraternellement par frère Raphaël qui fut à la fois mon guide et mon référent. Celui-ci a été un ange pour moi comme le confirme son prénom !

citeaux

Au cours de mon séjour, j’ai été marqué par les hymnes et la psalmodie. Je reste impressionné par le chant mélodieux des moines de Cîteaux. Accompagnés de l’orgue, ces cantiques sublimes vous dilatent le cœur, vous enchantent, vous élèvent jusqu’aux anges et vous font citoyen du ciel ! La sobriété de cette abbaye m’a également touché. Au demeurant, Guillaume de saint Thierry martelait ceci : « à l’âme tendue vers la vie intérieure convient mieux un cadre extérieur simple et sans encombrement ». J’ai aussi appris à me familiariser davantage avec les Écritures à travers la lectio quotidienne, riche et qualifiée. Enfin, la ferveur des anciens moines m’a profondément bouleversé et transformé intérieurement.

J’ai découvert avec joie que le monastère est une école où le moine apprend chaque jour à se conformer au christ ; chaque jour il recommence, c’est une conversion constante. Ce qu’affirmait saint Grégoire de Nysse à son époque : « on va à Dieu par des commencements sans fin ». Le moine est un amoureux, un chercheur de Dieu, il s’occupe de Dieu, il est continuellement en prière. Celle-ci est à la fois individuelle, communautaire et liturgique. La louange, l’action de grâce et l’intercession sont le travail essentiel et fondamental du moine. Pour finir je dirais que le moine, c’est l’homme vivant, parce qu’il reconnaît son créateur et qu’il l’adore ; il loue et glorifie son Dieu Vivant hier, aujourd’hui et demain.

Je reviens de mon stage plus fervent et brûlant d’amour pour Dieu. Deo gratias ! À l’instar des moines, élevons nos prières et nos voix devant Dieu, comme l’encens, afin que son amour descende et demeure sur nous à jamais !

Frère Matthieu de la Croix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neque. ut venenatis et, ipsum massa