Stagiaire au monastère

Publié le 17 janvier 2020

Dans le cadre de notre formation, nous avons l’opportunité de faire un séjour dans une abbaye afin de découvrir de plus près la vie contemplative des moines. Ce précieux moment, que j’attendais impatiemment, arriva enfin. Le 27 octobre, alors que les frères étaient en plein Chapitre Général, comme Moïse, je gravis la colline de l’abbaye de Cîteaux en vue de partager le quotidien de ses habitants pendant deux semaines et aussi, avec eux, élever les mains vers Dieu en faveur de mes frères capitulants. Située en bourgogne, à une vingtaine de kilomètre au sud de Dijon, Cîteaux est un haut lieu de spiritualité vivante. Cette abbaye a donné naissance à d’illustres saints tels Robert de Molesme (abbé fondateur de Cîteaux), Albéric, Bernard de Clairvaux et bien d’autres encore. J’ai été accueilli très fraternellement par frère Raphaël qui fut à la fois mon guide et mon référent. Celui-ci a été un ange pour moi comme le confirme son prénom !

citeaux

Au cours de mon séjour, j’ai été marqué par les hymnes et la psalmodie. Je reste impressionné par le chant mélodieux des moines de Cîteaux. Accompagnés de l’orgue, ces cantiques sublimes vous dilatent le cœur, vous enchantent, vous élèvent jusqu’aux anges et vous font citoyen du ciel ! La sobriété de cette abbaye m’a également touché. Au demeurant, Guillaume de saint Thierry martelait ceci : « à l’âme tendue vers la vie intérieure convient mieux un cadre extérieur simple et sans encombrement ». J’ai aussi appris à me familiariser davantage avec les Écritures à travers la lectio quotidienne, riche et qualifiée. Enfin, la ferveur des anciens moines m’a profondément bouleversé et transformé intérieurement.

J’ai découvert avec joie que le monastère est une école où le moine apprend chaque jour à se conformer au christ ; chaque jour il recommence, c’est une conversion constante. Ce qu’affirmait saint Grégoire de Nysse à son époque : « on va à Dieu par des commencements sans fin ». Le moine est un amoureux, un chercheur de Dieu, il s’occupe de Dieu, il est continuellement en prière. Celle-ci est à la fois individuelle, communautaire et liturgique. La louange, l’action de grâce et l’intercession sont le travail essentiel et fondamental du moine. Pour finir je dirais que le moine, c’est l’homme vivant, parce qu’il reconnaît son créateur et qu’il l’adore ; il loue et glorifie son Dieu Vivant hier, aujourd’hui et demain.

Je reviens de mon stage plus fervent et brûlant d’amour pour Dieu. Deo gratias ! À l’instar des moines, élevons nos prières et nos voix devant Dieu, comme l’encens, afin que son amour descende et demeure sur nous à jamais !

Frère Matthieu de la Croix

Chasse aux trésors

Publié le 3 décembre 2019

Le Prieuré des Frères de Saint Jean occupe à Saint Jodard l’ancien Petit Séminaire dont les origines remontent à l’époque de la terreur, à 1796 exactement.

Depuis, son histoire est émaillée de multiples péripéties : dangers révolutionnaires, menaces napoléoniennes, incendies, reconstructions, séparation de l’Église et de l’état, transformations en sanatorium, en camps de prisonniers, en maison d’Éducation Surveillée, et arrivée des frères de Saint Jean en 1983.

De ce passé, peu de vestiges, jusqu’à ce que des travaux permettent la découverte par-ci par-là d’objets variés : morceaux de vaisselles, quelques cahiers de classes, objets médicaux… Puis l’organisation de visites avec l’Office de Tourisme Intercommunal nous a poussé à faire quelques recherches aux Archives Diocésaines et Départementales et certains amis voisins nous ont confiés des copies de documents familiaux. Petit à petit l’histoire s’éclaircit un peu.

Une part du trésor : cahier de petit séminariste, vaisselle et monnaie de différentes époques, instruments de soin du sanatorium…

La chasse aux trésors est donc ouverte !

Afin de compléter nos sources et notre petite collection, nous venons faire appel à vos souvenirs de familles : auriez-vous des photos, des cahiers de classe, des courriers, des objets… venant de vos aïeux proches ou lointains qui auraient connu, le Petit Séminaire ? Le sanatorium ? L’Institut Public d’Éducation Surveillée ? Ou même la Révolution ? Et que vous pourriez nous prêter, nous confier, nous permettre d’en faire des copies, des photos… Tout est intéressant. Et puis, ce sera l’occasion de faire connaissance.

Vous pouvez contacter frère Joseph au 07 52 04 16 61, par mail à frere.joseph.d@gmail.com, par courrier ou par visite au 162 place Léonard Perrier, 42590 SAINT JODARD.

Merci et à bientôt.

Frère Joseph

Lettre ouverte au Prieur Général

Publié le 14 octobre 2019

Le bulletin inter-paroissial En équipe a publié, dans son numéro d’octobre, une lettre ouverte signée du président de l’association de rédaction et adressée au Prieur Général des Frères de Saint Jean à l’occasion du Chapitre Général. Nous en partageons ici le contenu.

Cher père,

De tous côtés me parviennent des questions concernant votre communauté installée depuis près de 40 ans à Saint-Jodard.

De nos trois paroisses et de nos trente-sept clochers, et quelles que soient les proximités des populations locales avec l’Église et leurs assiduités aux offices, une même inquiétude se manifeste quant au maintien du noviciat et du studium de philosophie à Saint-Jodard.

Vous avez contribué, avec constance et en dépit d’épreuves difficiles, à la vie pastorale de manière significative : pour les sacrements, l’accueil des collégiens, lycéens, étudiants, les scouts, les parcours Alpha, les temps de ressourcement, de repos et de retraites, les accompagnements spirituels, les Équipes Notre-Dame ou autres, l’accueil de personnes en difficulté et cette liste est loin d’être exhaustive.

S’il est entendu et compris que nous ne sommes pas appelés à participer aux décisions qui ressortiront à l’issue de votre chapitre général, entendez ces échos qui viennent de nos villages et que j’essaie de vous exposer comme suit.

Nous vous remercions de vos multiples contributions, vous nous êtes précieux par vos actions pastorales.

Enfin, soyez certains, vous et votre communauté, de notre attachement profond mais aussi de notre capacité à vous soutenir par nos prières et par la publication de vos suggestions et sollicitations.

Soyez assuré de notre respectueuse considération.

Guy de Fréminville, président de l’associatio

Article du journal En Équipe

 

→ L’article publié dans le journal En équipe du mois d’octobre.

 

Philo vs. théologie sur le terrain

Publié le 11 octobre 2019

« Voyez ! Qu’il est bon, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble » (Ps 132, 1.)

Habiter en frères tous ensemble à la suite du Christ pour témoigner de son amour ! Telle est notre vie impliquant des temps gratuits de rencontre fraternelle pour mieux savourer cette douceur et cette bonté de la vie communautaire en amis de Jésus. C’est dans ce cadre qu’est organisé chaque année une rencontre fraternelle entre les frères de Rimont (la maison de théologie et la maison-mère) et ceux de Saint-Jodard autour d’un match de football. Cette année, c’est nous qui avons eu l’opportunité d’accueillir à Saint Jodard nos aînés du prieuré de Rimont pour vivre ce temps fort en famille.

La prière avant tout. En début d’après-midi, nous nous sommes rendus, avec beaucoup de détermination mais dans un climat fraternel, sur le terrain. C’est après avoir confié ce temps au Seigneur que le coup d’envoi fut donné pour un match de 70 minutes, avec 10 minutes de pause après la première mi-temps. A part quelques frères qui étaient sur les bancs de touche, il n’y avait pas d’autres spectateurs.

La charité gagne. Telle est notre première règle de jeu, qui sous-entend que seul compte l’amour fraternel, le temps passé ensemble, la joie partagée et non en premier lieu la victoire ou la performance réalisée. Mais cela ne me sert pas d’excuse pour camoufler le score, qui était de 3 buts à 2 en faveur des frères de Rimont. Félicitations à eux et particulièrement à l’équipe qui les a représentés!

Le match terminé, nous nous sommes réunis autour d’un goûter, suivi des vêpres, de l’adoration, du dîner et des services en cuisine. Là aussi, la joie du partage fut d’une qualité exceptionnelle. Ce temps fut donc pour nous un moment d’action de grâces pour la belle vocation que le Seigneur nous a donnée en nous permettant de vivre cette parole de son Fils : « ce qui montrera aux hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jean 13, 35).

Je ne saurais terminer sans rapporter ici cette intuition d’un petit enfant lors d’une session des familles cet été à Corbara (en Corse) qui, à la question posée à sa famille : « si vous rencontriez le pape aujourd’hui en audience privée, quel conseil lui donneriez-vous ? », répondait : « je lui demanderais de créer une équipe de football pour représenter le Vatican et l’Église… ». Cela montre la place qu’occupe aujourd’hui ce sport mondial, même dans l’esprit des tout-petits). Il est bon, aujourd’hui, comme chrétiens, de nous servir de ce moyen pour transmettre la vie, la lumière et l’amour du ressuscité.

Frère Blaise-Marie

Immersion au noviciat

Publié le 26 juin 2019


Nouveauté du noviciat !

Nous inaugurons une newsletter saisonnière afin de vous permettre de plonger au sein de notre vie. En suivant nos premiers pas de frères de Saint-Jean, franchissez les portes du prieuré et découvrez ce qui fait le sel de notre quotidien.

Découvrir la newsletter du printemps

Les frères novices

Chapitre général à St Jodard

Publié le 1 mai 2019

Du 30 avril au 10 mai se tient au prieuré de St Jodard la première session du chapitre général des Frères de Saint Jean.

Ce Chapitre rassemble une cinquantaine de frères. Chacun des 9 vicariats, dans lesquels sont repartis l’ensemble des frères de la Communauté sur les 5 continents, a élu 4 frères pour le représenter. Il y a en plus une quinzaine de membres de droit, dont le supérieur majeur qui présidera l’assemblée.

Les frères de Saint-Jean confient à votre prière cette réunion, afin que les capitulants soient à l’écoute du Paraclet, Esprit de Vérité et d’Amour, et qu’ainsi toute la Communauté puisse continuer sa mission d’une façon renouvelée, selon les paroles mêmes du Ressuscité : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ». Mt 28, 19

Pour cela, nous vous invitons à vous associer à la neuvaine faite par les frères en récitant une prière composée spécialement pour cet évènement. Pour l’accompagner, nous publierons en plus, chaque jour, une intention plus spécifique, ainsi qu’une invocation particulière à saint Jean et à la Vierge Marie.

Prier la neuvaine sur Hozana.org

Vous pouvez suivre le chapitre au jour le jour sur la page dédiée du site institutionnel des Frères de Saint-Jean.

Suivre le chapitre général au jour le jour.

Les photos

Les vidéos

 

Quatre frères prennent l’habit à Saint Jodard

Publié le 4 avril 2019

En ce dimanche de Laetare, la chapelle Saint Jean-Louis Bonnard de Saint Jodard est comble. Les familles et amis de nos frères novices sont venus les entourer pour leur prise d’habit. Au cours de la cérémonie, les frères ont également reçu un nouveau nom. C’est ainsi que frères Baudouin-Marie, Raphaël, Jean-Baptiste de l’Agneau et Pacifique ont quitté leurs melottes pour recevoir l’habit de frère de Saint Jean.

À la suite de la cérémonie, la messe dominicale, dimanche de Laetare, a rassemblé la communauté dans l’action de grâce. L’homélie de frère Thomas nous a introduit dans le mystère de la logique du don.

Enfin, un repas de fête a achevé cette journée dans la joie!

 

De nouvelles vidéos!

Publié le 26 octobre 2018

C’est avec grande joie que nous vous présentons le fruit de longs mois de travail de la communauté toute entière : une série de 4 vidéos.

Ces 4 vidéos se décomposent en une vidéo institutionnelle et 3 vidéos dressant chacune le portrait d’un frère et conduisant à approfondir un aspect de notre charisme.
4 vidéos qui s’adressent autant aux cœurs qu’aux intelligences, 4 vidéos qui permettent de mieux comprendre qui nous sommes, ce que nous vivons et la joie que nous avons d’être frères de Saint-Jean.

Mais enfin ça sonne tout le temps !

Publié le 6 octobre 2018

Il y a des semaines où les choucas de nos clochers ne peuvent pas se poser tranquillement, car ça sonne tout le temps. Et pour cause : quatre clochers tintent et carillonnent sur les deux versant de la Goutte Martel, ceux des deux églises et ceux des communautés des frères et des sœurs de Saint Jean.
Si les clochers de nos villages égrainent les heures et demi-heures, sonnent l’angélus, annoncent les messes, et informent par le glas qu’un chrétien est emmené au cimetière, les clochers des monastères rythment le temps de travail et d’étude, et appellent à la prière la communauté.
Au clocher de la Communauté des Frères de Saint Jean, trois cloches font entendre leur voix.

La majeure, qui sonne en Do, est consacrée à St Jean : c’est le Patron de la communauté ! Avec 1 mètre de diamètre, elle doit peser environ 600kg. Elle sonne les évènements importants : l’élection du Pape ou du Prieur Général, et bien-sur les messes du dimanche et les solennités, elle vient toujours en complément des deux autres pour apporter sa note solennelle. Elle ne sonne seule que pour une unique occasion : le glas pour un frère.

La médiane, qui sonne en Si-bémol, est consacrée à la Vierge Marie, avec ses 300kg, elle préside à la prière du dimanche et des fêtes : c’est la Bonne Mère qui invite ses fils à la prière. Elle est surtout sonnée à la volée avec sa benjamine qu’elle rend plus festive par son ton gracieux.
Enfin, la benjamine, appelée Joseph Simone qui de ses 250kg et par son Sol sonore anime la vie ordinaire de la communauté. Elle en annonce toutes les activités par un nombre de coup réglementaire selon leurs importances ; 8, 12 ou 15 coups ; et bien-sur, à la volée elle invite à la prière quotidienne soutenue ou pas, par ses deux sœurs. À noter qu’elle n’est la benjamine que par sa taille (70cm de Diamètre), car elle est la plus ancienne : elle date de 1947, elle rythmait déjà les activités des jeunes de l’Éducation Spécialisée.

C’est en 1983 que les frères ont complété le carillon pour solenniser la liturgie. Le vaste clocher a pu recevoir davantage de cloches, mais celles de l’origine, de 1900 lors de l’érection du clocher, ont été saisies en 1905 avec les bâtiments. Ont-elles été fondues en 14-18 pour faire des canons ? Pas d’information là-dessus. Ce dont on se souvient, c’est que nos trois cloches ont été menacées sérieusement en août 2008, lors de l’incendie de la chapelle. L’escalier du clocher était déjà parti en flamme, et c’est parce que le feu aurait pu s’étendre à toute la toiture que les pompiers ont d’abord attaqué le clocher, sauvant la maison et … les cloches. Sauvant par là-même un emploi : celui du frère dit « régulier » (notre bedeau). Il n’a pas moins de 48 combinaisons de sonneries à connaître pour informer les frères, les voisins, les fidèles qu’un office, une activité … va bientôt commencer. Les choucas sont les premiers informés, ils changent alors de perchoir, mais reviennent vite, car c’est là qu’ils nichent. Combien de choucas sont nés dans notre clocher ? c’est une question dont seul Dieu connaît la réponse

venenatis, lectus neque. eget adipiscing tempus nunc