Deux siècles d’histoire…

Le prieuré a connu de nombreuses affectations depuis sa fondation en 1796. C’est avec l’arrivée des frères en 1983 qu’il retrouve sa vocation première de maison de formation religieuse.

1796-1896 : LE PETIT SÉMINAIRE

À l’automne 1793, l’abbé Devis, chassé de Montbrison par la Terreur, se réfugie dans sa famille à une quarantaine de kilomètres au Nord, aux environs du village de Neulise. Il y réunit secrètement quelques garçons afin de les instruire et fonde en 1796, avec l’aide de l’abbé Gardette, le petit séminaire de Saint Jodard.

En moins de 5 ans, l’établissement compte une centaine d’élèves et, avec l’aide de la population, les locaux sont agrandis. En 1803, il est le premier petit séminaire du diocèse à être reconnu officiellement par le cardinal Fesch, archevêque de Lyon. Tout au long du siècle, la maison continue de s’agrandir, même après l’incendie qui ravage les bâtiments en 1827. Cent ans après la fondation et malgré toutes les épreuves, l’inauguration des nouveaux bâtiments couronne, en 1896, l’intuition originelle de l’abbé Devis.

Le petit séminaire donnera de nombreux prêtres au diocèse de Lyon (environ 500) et des missionnaires pour tous les continents, dont Saint Jean-Louis Bonnard.

1905-1982 : 80 ANS DE BOULEVERSEMENTS

La loi de séparation de l’Église et de l’État, en 1905, impose la fermeture du petit séminaire. Le bâtiment devient propriété de l’État, les jeunes doivent se scolariser ailleurs. Par la suite, la « grande maison » connaît des fortunes diverses…

Elle devient un établissement hospitalier pendant la Grande Guerre, reconverti en sanatorium jusqu’en 1937.

En 1939, elle est transformée en camp de réfugiés espagnols atteints de tuberculose, puis début 1940, elle sert de camp de prisonniers : 2 000 soldats italiens seront internés à Saint Jodard ; les Allemands les libéreront au bout de quelques semaines.

En 1946, les bâtiments accueillent un Institut d’Éducation Surveillée, comptant jusqu’à deux cents pensionnaires. Leur nombre diminue régulièrement, et l’établissement ferme ses portes en juillet 1982.

DEPUIS 1983: SAINT JEAN, UN NOUVEAU DÉPART

En 1983, les frères de Saint Jean, à la recherche d’un lieu où installer leur noviciat, louent le bâtiment au Conseil Départemental : les lieux retrouvent ainsi leur vocation religieuse.

Depuis cette date, c’est un chantier permanent. Il faut réhabiliter, restaurer et agrandir les lieux. Les frères retroussent leurs manches, soutenus par les donateurs, les artisans et les habitants de la région.

En 2008, le bâtiment est, pour la deuxième fois, la proie des flammes. La chapelle, le réfectoire et la cuisine doivent être entièrement refaits.

Enfin, le 7 janvier 2017, l’église est dédicacée par Mgr Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon, sous le vocable de Saint Jean-Louis Bonnard, prêtre et martyr, petit séminariste à Saint Jodard de 1844 à 1848.

En bref

1796 : Fondation du Petit Séminaire.

1827 : Un premier incendie ravage la maison.

1896 : Inauguration des nouveaux bâtiments et centenaire de la fondation

1905 : Fermeture du petit séminaire.

1939 : Les bâtiments servent de camp pour les réfugiés espagnols.

1940 : Camp de prisonniers italiens.

1946 : Réouverture en tant qu’Institut d’Éducation Spécialisée.

1982 : Fermeture de l’établissement.

1983 : Arrivée des frères de Saint Jean.

2008 : Deuxième incendie.

2017 : Consécration de la chapelle restaurée.

L'histoire de la commuanuté Saint Jean